zoom-actu

Insalubrité : A La Ciotat, une famille vit un cauchemar

insa_CopierMoisissures, odeurs nauséabondes, délabrement, isolation, incidents électriques... Mairie et services sociaux n'ont pour l'heure pas de solution, le jeune couple qui attend un deuxième enfant, veut sensibiliser l'opinion publique.


Assise sur son canapé avec deux amies, Lamia Chabaud nous raconte comment sa vie est devenue très compliquée depuis qu'elle a emménagé en février 2016 dans cet appartement situé au centre de la rue des Poilus de La Ciotat. C'est en 2016 que tout commence lorsqu'elle emménage avec son fils de 8 ans et son mari dans cet appartement. Prise de court car le bail de son ancien appartement se résiliait bientôt, elle accepte de vivre dedans.

Insalubritelct060918
L'appartement situé dans le centre ancien de La Ciotat souffre de plusieurs délabrements. La famille ne cesse de sollicter la mairie de La Ciotat pour être relogée - ( Photo : DR)

UN BALCON DANGEREUX ET L'ARRIVÉE D'UN BÉBÉ

Au fur et à mesure des mois, des problèmes majeurs surviennent comme le manque d'électricité, de chauffage, des prises qui lâchent, une odeur nauséabonde, un balcon dangereux. La trentenaire contacte donc l'assistance sociale et la mairie mais « aucun retour de leur part » après plusieurs courriers et plusieurs rendez-vous « J'ai un problème de logement qui me concerne mais qui intéresse plus particulièrement mon enfant de 10 ans et un enfant à naitre en 2019. » commence-t-elle.

« PLOMBÉE » PAR UNE DÉCHARGE ÉLECTRIQUE

"Ce matin je me suis levée et je me suis encore prise une décharge électrique qui m'a obligé à me coucher pendant une dizaine de minutes. Et là voyant que au niveau de l'assistance sociale, bien que j'ai un très grand soutien, je n'ai pas de retour, pas de solution qui soit trouvée selon mon cas. Au niveau des services de la mairie c'est une grosse aberration dans le sens où on filtre même mes demandes de rendez-vous au niveau du maire, je lui ai envoyé plusieurs messages qu'il n'a pas jugé bon de répondre" avant d'ajouter "Monsieur Briscas m'a reçu 2 fois et la 3ème fois il a refusé catégoriquement et ouvertement de me recevoir. J'estime qu'en France il y a des lois et elles se doivent d'être appliquées, surtout en terme de sécurité, de logement et on ne peut laisser une famille comme ça, vivre dans des conditions telles que celles-ci ! s'insurge la jeune maman ciotadenne, exaspérée qu'aucune solution ne lui soit proposée avec toutefois, un sentiment d'être méprisée.

InsalubritLct2
En situation précaire, la famille ne trouve pas d'appartement dans les agences immobilières. La situation devient critique lorsque la maman enceinte est victime de décharges électriques - (Photo : DR)

"Je n'ai pas de chauffage, pas de lumière digne de son nom, la fenêtre est constamment ouverte. Je n'en peux plus ! On me dit qu'il y a une liste d'attente de 15 ans, j'ai déposé une demande en 2009 et je pense que dans 15 ans mon fils sera plus que majeur"
nous explique Lamia non sans avoir un air "fataliste"  mais sans pour autant perdre espoir, certainement poussée par sa détermination.


« IL FAUT ATTRIBUER LES LOGEMENTS SOCIAUX DE MANIÈRE LOGIQUE ! »

"Quand on voit qu'il y a des personnes seules qui habitent dans des T3 on se demande ce qu'il se passe. Il faut attribuer les logements sociaux de manière logique. Voilà j'ai un enfant à mettre au monde, je m'inquiète [...] je me prends des décharges électriques je ne sais plus quoi faire. Actuellement, je suis en arrêt maladie par rapport à une grossesse qui est très difficile et mon mari est intérimaire donc nous ne pouvons pas changer d'appartements car les particuliers et les agences immobilières ne louent pas aux salariés en interim" confie émue, la jeune femme.

InsalubritLCT3
Etat de délabrement et dangerosité font partie du quotiden de cette famille ciotadenne qui ne cesse de soliciter l'aide des organismes sociaux, en vain , jusque là... (Photo : DR)

MALGRÉ LA FORTE URBANISATION DE CES DERNIÈRES ANNÉES, LES LOGEMENTS SOCIAUX A LA CIOTAT, SE FONT RARES...

Nous avons rencontré le mercredi 5 septembre 2018 à 10h en mairie de La Ciotat, Gavino Briscas, adjoint au maire de La Ciotat, en charge du logement : « Que voulez-vous que je vous dise ? Si nous devions faire l'inventaire de toutes les personnes dans le même cas, nous en aurions jusqu'à 23h. Il y a plusieurs familles qui sont dans ce cas-là et nous faisons notre possible. Nous en avons relogé quelques-unes... »

En sensibilisant l'opinion publique, Lamia, son mari et leur enfant espèrent que la situation va évoluer assez rapidement, la jeune famille ciotadenne doit être patiente mais le temps presse car un bébé arrive dans quelques mois.

Photo : DR
Maude Cavat

En savoir plus => Faits-divers, société, culture, politique, sport... Ecoutez l'actualité de La Ciotat & environs sur Radio La Ciotat Fréquence Nautique - 107 FM, édition locale à 9h, (rediffusion à 12h15, 16h30 et 19h).

Publicité :
BoulangSteMarg
e-max.it: your social media marketing partner
 
mode-de-diffusion
on-facebook
on-twitter
animateurs